Accueil / Loisirs / Culture bretonne / Le costume breton du pays de Muzillac

Le costume breton du pays de Muzillac

Le costume traditionnel est un élément du patrimoine de chaque région. Autrefois, il permettait d’identifier l’origine du porteur, maintenant les tou- ristes demandent à voir le costume breton qu’ils considèrent comme une richesse.

Vers 1840, F.H. Lalaisse a réalisé des croquis à la demande de la maison d’édition Charpentier de Nantes. Republiés en 1985, ils nous permettent d’observer de nombreux détails comme par exemple à Lauzac’h

  • –  femme âgée portant un bonnet rond dont les barbes pliées en deux dans le sens de la longueur forment une pointe au dessus de la tête. Cette coiffe a été abandonnée dans notre région vers 1850.
  • –  hommes portant une longue redingote bleue ou blanche sur une veste courte et un pantalon à pont. Les chapeaux sont très larges, sans guides. Ils rappellent ceux des chouans. Tous ces dessins de Lalaisse montrent des costumes très colorés, portés sans doute par des gens aisés. Pour expliquer le développement du noir qui caractérise les costumes bretons actuels, on parle de ventes des surplus de l’armée, ou des nombreux deuils après la guerre de 1870.

    Vers 1880, les coiffes s’allègent, s’amenuisent. Dans notre région, la “gallaise” était une coiffe de toile blanche dont les ailes pendaient sur les épaules. Progressivement, la toile a été remplacée par de la dentelle dont la largeur variait selon les communes (moins large à Muzillac et Arzal). La technique pour poser les épingles variait selon les communes. Une femme restait fidèle à l’habit de son pays d’origine. Dans une même commune, plusieurs coiffes pouvaient se côtoyer. Sur une carte postale du pardon de Brouël à Ambon, on peut distinguer quatre coiffes différentes :

    • –  le capot noir
    • –  la coiffe de Damgan, Pénerf aux larges ailes attachées
    • –  la coiffe de Muzillac aux ailes fines attachées sur la nuque
    • –  la coiffe “jobeline” du pays de Vannes, devenue à la mode à Ambon vers 1925Le costume féminin de Muzillac est proche de celui du

      Le costume breton du pays de Muzillac

      pays de Vannes avec le châle, la guimpe, les manchettes. Le châle se posait en carré et non en pointe. Le costume masculin était proche de celui d’Auray et de Vannes avec veste et gilet court à col droit; une petite bande de velours ornait le costume. Le chapeau à gui- des avait remplacé le grand chapeau très large. Les habits variaient selon les périodes de la vie. Les petites filles portaient le bonnet jusqu’à la communion solennelle. A cette occasion, elles revêtaient un costume traditionnel entièrement blanc et la coiffe. Les familles étaient pauvres et la confection d’un habit de fête revenait cher, ce qui incitait certaines jeunes fil- les à vendre leurs cheveux. Quelques soeurs utilisaient la même robe, chacune à leur tour. Pour les petites messes, une jupe et un caraco suffisaient. Vers 1920, la blouse, souvent de couleur bleu foncé, a été adoptée. Elle servait surtout à protéger les autres vêtements mais, les hommes l’enlevaient pour aller à la messe. Vers cette date, les robes raccourcirent jusqu’à mi mollets ; la surface du velours augmenta. Chacun essayait de faire mieux que son voisin mais sans dépasser son rang social. L’homme abandonna le costume traditionnel de mariage après 1920. La femme le porta jusqu’en 1940. Le châle était en tulle blanc, le tablier brodé. Les tissus ont varié selon les périodes et les arrivages chez les couturières locales. Pour symboliser la pureté, la mariée portait un diadème de fleurs d’oranger. II était acheté chez le bijoutier comme les alliances.

D'autres articles dans cette catégorie