Accueil / Bâtiments & monuments / Bâtiments civils, petit patrimoine / Une voie romaine traverse Muzillac

Une voie romaine traverse Muzillac

La voie romaine à Allaire

Des travaux de la société Polymathique du Morbihan, au 19e siècle ont permis de localiser la voie romaine reliant Vannes à Nantes et traversant la Vilaine à Noy en Arzal. La mémoire collective locale a bien intégré l’emplacement de cette route qui traversait la commune.
Les grandes voies avaient un objectif militaire : faciliter le déplacement des légions romaines et un objectif commercial : développer le transport de marchandises.
Les voies secondaires permettaient de relier les petites agglomérations entre elles mais aussi d’atteindre les propriétés rurales : les « villae ».
Des tuiles, signes d’une présence gallo-romaines ont été trouvées à Muzillac (Coëtsurho, Kerantré, Rozel), à Noyal-Muzillac (Lelveno, Bodrefaux), à Ambon (Bétahon, Borne, Brouël), à Damgan (Kervoyal, Saint- Guerin), à Billiers (Les Granges). Le réseau secondaire devait donc être important dans notre secteur.
Le tracé des grandes voies romaines a repris des axes utilisés par les celtes, voire les hommes des mégalithes. Grâce à leurs instruments d’arpentage, les romains balisaient de grandes lignes droites qui marquent encore les cartes d’aujourd’hui (à Férel, à Sérent).
Contrairement aux informations des bandes dessinées actuelles, elles n’étaient pavées qu’aux entrées des grandes villes. Généralement, du remblai tout-venant était posé sur un radier. Les passages à gué étaient  préférés aux ponts car moins coûteux à construire et à entretenir. Des bornes étaient disposées tous les milles (1480m) et indiquaient les distances entre les agglomérations.
Les bornes milliaires découvertes à Surzur et Arzal situent les itinéraires et donnent les dates de construction (vers 270 après JC).
Venant de Noy et la Corne du Cerf, la voie romaine passait sur notre commune, entre Lannac’h et le Petit-Kéralio. Elle croisait la route de Noyal-Muzillac, de Brûlis et du Moustéro et traversait par un gué une rivière, lit actuel de l’étang de Penmur. Ce passage se situait au niveau des deux  villages de Pouldruhen et de Bréhoty. Le tracé de la voie est ensuite visible entre Kerlann et Saint-Gourlais.

D'autres articles dans cette catégorie

Pont de Séréac

Le 11 juin 1743, le seigneur de Séréac, René Gabriel Le Vallois, écrit aux « Messieurs de la commission intermédiaire » de l’intendance de la province [...]

Lire la suite