Accueil / Personnages / Métiers disparus / Des douaniers pour percevoir la gabelle

Des douaniers pour percevoir la gabelle

La Bretagne bénéficiait d’un régime spécial d’impôts avec exemption de

Une paludière dans les marais de Billiers au début du XXe siècle. Cliché Géniaux.

gabelle depuis le traité passé en 1491 entre Charles VII et la duchesse Anne de Bretagne. Napoléon rétablira la gabelle après la Révolution en 1806 dans toute la France. Autrefois, le douanier apparte- nait à une brigade qui avait la charge d’une « penthièvre ». Pour assurer la surveillance des côtes, il cheminait sur un sentier, trois fois par jour, avec des points d’arrêt selon un minutage très précis. Il y a cinquante ans, 150 douaniers étaient chargés du secteur Saint-Nazaire – La-Roche- Bernard. Aujourd’hui, ils sont 6 avec d’autres moyens et d’autres méthodes. Pour surveiller le trafic sur la route de Vannes, on identifie deux casernes de douaniers :

– au lieu-dit Sainte-Lucie, en Muzillac près de Saint-Gourlais, où se dresse un pin parasol. Les bâtiments de la ferme voisine de Kerhuel auraient pu être des logements de douaniers.

– au lieu-dit Sainte-Lucile ou Sainte-Lucie, en Ambon près de la chapelle actuelle de Sainte-Julitte. Des textes indiquent également une caserne Sainte-Rosalie. Elle n’a pas été localisée. A l’emplacement de la résidence Saint-Eloi actuelle, existait un logement de douaniers.

Fin XIXe et début XXe, commença le déclin de la production de sel dans notre région, suite à l’industrialisation des Salins du Midi et de l’Est. 1945 fut l’année de la suppression de la gabelle

D'autres articles dans cette catégorie

Un moulin à tan

Le moulin à tan avait pour fonction de réduire en poudre l’écorce de chêne ou de châtaignier afin d’en extraire le tannin utilisé pour le tannage [...]

Lire la suite

Le distillateur ambulant

Contrairement à l’idée communément répandue, le bouilleur de cru ne fabrique pas l’alcool, il amène le crû (le marc la lie ou le cidre) qui servira [...]

Lire la suite